En allumant des feux dans la nuit obscure (ou sur la construction des résistances à l’ordre psychiatrique)

Publié le

En allumant des feux dans la nuit obscure (ou sur la construction des résistances à l’ordre psychiatrique)

Par les psychiatriséEs en lutte / Groupe de soutien mutuel de Madrid

Cette société rend les gens folle/fou, chaque jour de plus en plus. Ceci est notre point de départ. Il ne semble pas insensé d’affirmer que dans l’environnement dans lequel nous vivons, qui n’expérimente pas personnellement quelque problème en rapport avec la santé mentale (de différente nature, qui peut aller d’une dépression à une psychose, en passant par tous les types de pétages de plombs, comme on dit), connaitra très probablement quelqu’unE de proche en train de souffrir psychiquement. Le mal être et les pathologies mentales augmentent de manière exponentielle. La consommation de psychotropes se généralise à tel point qu’on considère comme normal le fait que des enfants, adultes et personnes âgéEs ingèrent quotidiennement des substances chimiques pour s’adapter aux exigences et à l’urgence de ce monde.

Nous survivons, certains avec plus de chance que d’autres. Même certainEs d’entre nous deviennent fous. L’existence de l’être humainE a été réduite à une compétition adaptative, à une danse des images dans laquelle personne ne sait qui est qui. Cette société qui nous rend fou ne connait qu’une logique et c’est la logique mercantile : nous produisons des marchandises et nous sommes produites par elles. Le besoin lucratif dégrade la vie, et finalement, la tue. En Espagne, les statistiques démontrent une moyenne de neuf suicides par jour. Si les libertés qui sont inhérentes à l’être humainE ont été remplacées par le besoin d’accumuler des biens et la reconnaissance une fois qu’on les a obtenus, si le bonheur se chiffre à la quantité de matière acquise et l’amour, l’affection, la créativité ou l’intelligence se réduisent à des images grotesques avec lesquelles la publicité nous frappe à chaque instant… est-il si difficile de comprendre que dans un contexte si hostile les têtes finissent par se briser? Pourtant, l’ordre social a su protéger ses arrières, en nous faisant vivre une guerre dans laquelle celleux qui commandent traitent comme de la merde celleux qui obéissent et celleux qui sont en bas se traitent comme de la merde entre elleux, qui tombe est considéréE comme coupable. De sa propre faiblesse et de sa propre nature. Cette opération de stigmatisation et de nettoyage est mise en place par la psychiatrie. Une discipline qui à ce moment de l’histoire ne veut rien savoir des différences sociales, des vécus personnels ou des rapports familiaux. Elle se limite à dicter des sentences et en appel à l’organisme de chaque individu pour innocenter la société de la douleur qu’elle provoque. Le plus curieux est que ses prétendues bases biologiques continuent à être aussi faibles que lors de ses premiers pas. Nous disons «dicte» précisément parce qu’elle est incapable d’émettre un diagnostic basé sur des preuves objectives, de laboratoire. Et si les psychiatres ne sont pas capables de dire précisément ce que sont nos maladies, leurs médicaments ne peuvent pas non plus nous soigner. C’est a dire, qu’ils sont incapables de rétablir une santé qui, en effet, a été perdue. C’est la raison pour laquelle vous, chèrEs lecteurices, ne connaissez personne qui a été «soignéE» par des drogues psychiatriques, et c’est aussi la raison pour laquelle ces drogues ont des effets secondaires si dévastateurs que nous qui les prenons les arrêtons bien souvent.

Nous en sommes là. Les psychiatres affirment catégoriquement que pour la plupart des pathologies mentales qu’ils nous assignent il n’y a pas de guérison possible et que la seule façon d’atteindre une certaine «qualité de vie» passe par la prise de médicaments. Et souvent nous n’avons pas le choix et nous le faisons, sachant que cela peut soulager certains symptômes, mais que la cause de la douleur reste intacte et que nous devons la chercher. C'est pourquoi nous disons que nous sommes en lutte, parce que nous pensons que l’autonomie c’est la santé et que nous n’avons pas d’autre choix que de se battre pour elle. Les issues que les agents de cette société nous offrent sont murées et nous laisser traiter comme un problème d’ordre public n’est rien d'autre qu’une attaque contre ce que nous sommes, et surtout, contre ce que nous pouvons être. Dénoncer les injustices d’un système qui provoque la folie est évidemment une nécessité, mais plongéEs dans une situation où les conditions de vie se dégradent à un rythme vertigineux (et avec le contexte économique actuel, plus encore), nous pensons que la principale urgence doit être celle de construire des stratégies qui nous permettent non seulement de résister aux attaques de ce monde, mais aussi qui reflètent ce à quoi nous aspirons.

Personne ne va venir nous sauver, donc nous sommes en train d’apprendre à nous rencontrer au milieu de l’obscurité, nous allumons des feux et nous reconnaissons entre égales et égaux à la chaleur des flammes. Celleux qui savent le plus de la folie, du traitement ou du stigmate social sont celleux qui vivent avec. Nous parlons en assemblés horizontales, sans hiérarchies. Nous partageons des expériences, des peurs et des désirs. Nous nous formons et mettons en commun chaque savoir qui peut nous être utile. Nous essayons d’organiser et de socialiser tout ce que nous apprenons et vivons. Nous cherchons la liberté - dans la plus radicale de ses acceptions - parce que nous savons que c’est dans la pratique que coïncident le changement des situations que nous vivons et le changement dans nos têtes. Nous connaissons les risques et les conséquences de ce pari, et nous essayons que la peur ne nous paralyse pas ni ne nous fasse sentir coupables. C’est la véritable maladie qui traverse la société, celle qui maintient les gens paralyséEs, ancréEs à des simulacres et des certitudes qui en réalité leur sont étrangers, diminuant toute autonomie et empêchant toute expérience d'individualité, et donc, d’une véritable santé. Nous avons la volonté de vivre une vie dans laquelle personne ne commande et personne n’obéit, ce qui signifie sortir de soi-même et s’ouvrir aux autres, ce qui signifie en fin de compte une autre manière d’être au monde, mais avec l’intention précise de le faire couler.

                                                           ★ ★ ★

Source : publié le 01/06/12 sur primeravocal.org

Traduit du castillan. Cette traduction est participative et D.I.Y., toute personne peut proposer des améliorations en nous contactant (zinzinzine[at]riseup.net), cette version est donc en permanence susceptible d'être modifiée.

Pour lire le texte en castillan