L'ISOLEMENT

Publié le

L'ISOLEMENT

Anonyme

 

 

Alors que vous perdiez pied, étiez affolés par la souffrance et l’ingérence ; vous avez perdu tout ou partie de vos amis et familles. Vous n'êtes pas la seule personne à qui c'est arrivé.

 

Sachez que les personnes hospitalisées en psychiatrie sont de celles qui reçoivent le moins de visite à côté des autres secteurs.

 

Mes amis, il faut se rendre à l'évidence, il semble bien que l'on nous fui.

 

Par la suite, vous penserez peut-être que vous devriez faire encore plus, encore mieux ;

puisque malgré vos efforts, on ne recherche pas votre compagnie.

 

En réponse à votre solitude, vous entendrez peut-être qu'il faut être positif, avoir confiance en soi, qu'il faut savoir reprendre le dessus et se faire une place…

 

Bref, l'idée majoritaire qui circule à propos de votre isolement, c'est qu'il est de votre fait ; si ce n'est de votre faute.

 

 

Pourtant, la vie en société est truffée de normes et systèmes de valeurs qui sont très excluant ou oppressants.

 

Prenons une exemple évident : Si vous racontez qu'à 40 ans vous n'êtes pas salarié, pas marié, que vous n'avez pas fait d'enfants ni accédé à la propriété ;

Certaines personnes seront peu à même d’apprécier votre parcours, parce qu'il s'éloigne de l'idée qu'ils se font de la réussite ; de ce qui est SAIN.

 

 

La plupart de ces modèles idéologiques tendent vers la loi du plus fort et définissent ce qui est à considérer comme force ou faiblesse, normalité ou pathologie.

 

Ces modèles dominants inspirent ou perpétuent des codes que l'on intègre sans penser au fait qu'ils régissent notre langage, nos relations et influencent notre manière d'être.

 

 

Avoir de la conversation, de l'entrain, le regard vif, sourire ; être spontané et poli mais sans excès. Parler de manière fluide, ni trop vite ni trop lentement. Avoir le contrôle.

Être autonome, populaire, informé, entouré, éloquent…

 

Ce SONT des choses qui sont valorisées (qui donne de la valeur à l'individu qui maîtrise ces codes).

Cela laisse à penser que vous avez une place confortable sur l’échelle sociale, que peut-être vous pourriez en faire profiter d'autres, ce qui est attirant.

 

Si vous n'avez pas ça, mais plutôt : Impuissance, désespoir, souffrance, ignorance, dépendance…

 

Si vous êtes trop PAUVRE pour eux, la plupart des gens seront peu à même d’apprécier votre compagnie.

 

C'est s'éloigner du modèle idéal, et sortir des codes d'usages, codes qui encouragent à montrer ses richesses, humaines ou matérielles et à rejeter ou écraser la faiblesse et les faibles.

 

Au lieu de fraternité, il sera alors probable de recevoir méfiance, malaise, mépris, indifférence, voire haine, rejet total.

 

Il arrive qu'on s'isole soi-même quand on sort des codes attendus. Ce qui montre à quels point ceux-ci peuvent être intégrés et se retourner contre nous.

 

 

Le problème est que si l'on est amené à refouler des difficultés comme : impuissance, désespoir, souffrance, ignorance, dépendance…

Après ces choses prennent encore plus de place, ce qui rend de plus en plus inaccessible les ressources relationnelles qui pourraient aider .

 

 

Mais justement, il se trouve que ces sujets de honte : la solitude et la détresse due à l'isolement deviennent un phénomène de société grandissant.

Le Tabou commence d'être levé, et certaines pratiques (considérées comme) peu glorieuses se répandent.

 

 

Sur le site internet « On Va Sortir » (www.onvasortir.com 5324 membres rien que sur nantes-centre), sont répertoriés des profils de personnes comme sur un site de rencontre, mais celui-ci permet de proposer des sorties comme un concert ou un resto où les personnes pourront se rencontrer en vrai.

 

Cela permet de ne plus sortir seul, et de trouver des gens qui ont les mêmes centre d’intérêts que vous.

 

Néanmoins, vous serez soumis à un classement sur votre fiabilité et certaines qualités comme l'ouverture d'esprit, la motivation, la popularité et la richesse d'idées

 

--------------------------------------------------------------

cela reste une forme de course sur le marché de l'amitié ou plus si affinité

--------------------------------------

 

Mais plus surprenant, une pratique arrivant du Japon : la location d'ami, a su s'implanter par ici.

Ainsi, en allant sur le site : « Book a friend » (www.book-a-friend.com ), vous trouverez des personnes qui proposent leur amitié pour 30 à 50 euros de l'heure, généralement. Voici un extrait du concept de ce site : « location d'amis utiles et compétents »

 

 

Dans un tel contexte, j'espère qu'il est superflu d'expliquer que faire du lien avec les personnes (surtout les plus délaissées) est devenu un acte politique d'une urgente nécessité.

 

                                                          ★ ★ ★ ★ ★

Reçu par mail.

Publié dans Témoignages

Commenter cet article