La maltraitance émotionnelle des* enfants : les professeurEs, les écoles, et la violence permise par nos institutions modernes.

Publié le par Zinzin Zine

La maltraitance émotionnelle des* enfants : les professeurEs, les écoles, et la violence permise par nos institutions modernes.

Par Michael S. (Dr S.) (02/03/12). Extraits.

On ne prend jamais le temps de réfléchir au fait qu'envoyer des* enfants à l'école peut être un problème, or ça peut l'être. Les enfants sont des harceleuses/eurs, mais les professeurEs aussi ! […] la maltraitance sous toutes ses formes nous blessent profondément. N'est-il pas temps que nous arrêtions de blesser les* enfants, et nous-mêmes ?

 

Je voudrais commencer cet article par un petit exercice mental. Imaginez un instant que vous êtes dans un groupe de vingt personnes. Dans ce groupe de vingt personnes il y a unE leader définiE et ce leader est chargéE de vous motiver, de vous transmettre un enseignement, en plus d'organiser les activités du groupe. Les choses se passent sans problème mais à un moment la/le leader du groupe décide qu'iel n 'est pas contentE des activités du groupe. CertainEs d'entre vous vont aux toilettes trop souvent, certainEs d'entre vous sont trop facilement distraitEs, et d'autres ne suivent tout simplement pas les règles. Vous, en particulier, représentez un problème pour la/le leader du groupe et donc pour tenter de contrôler votre comportement et faire respecter les « règles », la/le leader du groupe vous met à l'écart et vous force à vous asseoir par terre au milieu du groupe pendant une semaine.

Les formes de maltraitance émotionnelle : ISOLEMENT – confinement physique ; limiter la liberté au sein de l’environnement d'une personne. La/le leader du groupe dit que c'est pour votre propre bien et que vous acquerrez ainsi des compétences de vie, mais pour vous c'est un film d'horreur émotionnel. Je veux dire, pouvez-vous imaginez les émotions que vous ressentiriez ? MisE à l'écart dans un groupe de vingt, étiquetéE publiquement comme unE loser trop stupide pour suivre les règles, objet d'une attention moqueuse et dégradante, isoléE, terroriséE par l'horreur psychologique, vous seriez traumatiséE pour un long moment, peut-être à vie. Et cela serait vrai même si le groupe dans lequel vous étiez se montrait relativement soutenant. Même s'il minimisait l'isolement social et l'humiliation publique, vous les ressentiriez tout de même à un profond niveau. Nous sommes des êtres sociales/aux après tout et comme le dit le grand Robert Merton, nous obtenons une image de nous-même en partie par la façon dont les autres nous perçoivent. Et si nous pensons que les autres nous voient comme unE loser stupide (ce qui est de fait l'intention lorsqu'on isole quelqu'unE de cette façon) alors c'est ainsi que nous allons nous percevoir nous-même. Et cela ne peut qu'avoir un impact négatif et inquiétant sur nous.

Les formes de maltraitance émotionnelle : la DEGRADATION – Bien sûr, il y a des chances pour que la « classe » dans laquelle vous êtes ne se montre pas si soutenante. Votre illustre leader vous a isoléE et dégradéE devant ses protégéEs, et il y a des chances pour qu'iels fassent pareil. Les êtres humainEs, enfants, adultes, apprennent ce qui leur est montrer en modèle, donc si une figure d'autorité montre en modèle l'isolement, la dégradation, et la maltraitance, il y a des chances que les personnes qui le voient le fassent également. Malheureusement même lorsque l'on quitte les limites d'une salle de classe, même lorsque l'on quitte l'isolement et ré-intègre la fabrique sociale, la dégradation vous poursuivra. Cela signifie que le profond traumatisme psychologique, émotionnel, et même spirituel de l'événement initial va être revécu par vous encore et encore. Si cela sonne comme l'enfer sur Terre, c'est que c'est bien ça. Même les adultes s’effondrent et sont briséEs par la maltraitance que constitue la dégradation. Et cela est en train d'empirer. Les adultes montrent en modèle la maltraitance émotionnelle aux enfants, et les enfants prennent exemple et enfoncent le clou encore plus durement. Les nouveaux médias sociaux tels que Facebook ont fait de la terreur émotionnelle et psychologique un phénomène omniprésent et, malheureusement, inévitable.

Les formes de maltraitance émotionnelle : REJET – refuser de reconnaître la présence de quelqu'un, sa valeur et son mérite, communiquer (par un mot, par un acte, ou par l'exemple) à une personne qu'elle est inutile ou inférieure ; dévaluer ses pensées et émotions. Bien sûr, ce qu'il y a de triste, c'est que ça concerne bien plus que vos propres sentiments à ce sujet. La réalité c'est que la plupart des groupes ne seraient pas soutenant. Beaucoup de recherches en psychologie dans les années soixante (jetez un œil aux expériences carcérales de Zimbardo) montraient très clairement à quel point ça peut devenir horrible pour des personnes qui sont publiquement séparées et isolées. Les genTEs, même des amiEs proches et de la famille, vous tourne le dos quand une figure d'autorité étiquette, isole, et rejette. Il peut y avoir un effet boule de neige. Tout d'abord vous êtes assisE au milieu de la salle et vous vous sentez mal, alors que la figure d'autorité vous traite avec dérision et mépris. Ensuite les personnes autour de vous commencent à vous traiter différemment. Iel rient et vous montre du doigt et trouvent d'autres manières de vous isoler et de vous exclure. Iels vous évitent à la pause café, parlent derrière votre dos, poussent de petits cris, rient et étendent généralement les limites de l'isolement initial. Vous devenez assez vite unE authentique paria socialE, évitéE par touTEs et excluE par beaucoup. Bien sûr du point de vue du contrôle social tout cela fonctionne très bien parce qu'après avoir vécu une fois ce genre de traumatisme, vous ne voudrez jamais revivre cela, et donc vous rentrerez très certainement dans le rang et adopterez le rythme demandé (soit cela, soit vous confirmerez le stéréotype anti-autoritaire). Mais bien sûr une fois que vous avez été étiquetéE et humiliéE, rejetéE et dégradéE le dommage émotionnel à long terme est fait et tout ce qu'il reste à faire c'est de trouver un bon thérapeute.

En en discutant maintenant vous pouvez vous apercevoir que cela ne peut constituer une bonne chose et en tant qu'adulte vivant quelque chose de similaire vous reconnaîtriez probablement (espérons-le) la maltraitance pour ce qu 'elle est et quitteriez le groupe. Je l'encouragerais certainement. La recherche (voir plus bas) montre que les personnes qui subissent de la maltraitance émotionnelle ont des problèmes avec la colère, l'attachement, le lien, la réactivité émotionnelle, et iels ont des problèmes pour employer des compétences sociales même basiques. À quel point ce type d'isolement public et ce rejet seraient dommageables pour vous si de fait vous les tolériez ? Donc, si vous vivez quelque chose de ce genre, levez-vous et partez. Et si vous voyez quelqu'un d'autre le vivre, prenez position et remettez en question le comportement.

Forme de maltraitance émotionnelle : L'HUMILIATION PUBLIQUE – Exposer une personne à de l'attention non désirée ; utiliser l'exposition sociale pour manipuler et contrôler ; encourager les autres à exclure et harceler. Maintenant, bien sûr, dit comme cela, la solution au problème semble relativement simple, il suffit de se lever et de partir. Mais maintenant imaginez que le leader du groupe ait de l'autorité sur vous. Imaginez que votre leader de groupe ait le pouvoir de vous confiner dans cette « boîte » devant vingt de vos amiEs et collègues. Cela serait déjà suffisamment horrible, mais ce serait encore pire appliqué par la force et sous contrainte. Non seulement ne pourriez vous pas vous levez et partir quelle que soit la façon dont vous vous sentez, mais toutes les émotions négatives auront été amplifiées au point où même unE adulte endurciE et indépendantE pourrait succomber aux effets dramatiques de la maltraitance. Il n'est pas exagéré de dire qu'unE adulte sensible puisse éprouver un stress post-traumatique. Après tout, être humiliéE dans un espace public est un événement traumatique selon n'importe quelles normes.

Résultats de la maltraitance émotionnelle : la maltraitance émotionnelle des enfants peut conduire à de sérieux problèmes émotionnels et/ou comportementaux, comprenant la dépression, le manque d'attachement ou de lien émotionnel à unE parentE ou unE tuteurICE, de faibles capacités cognitives et réussite scolaire, et de mauvaises compétences sociales. Une étude qui a observé des enfants maltraitéEs dans la petite enfance et à nouveau ensuite au cours de leur années de maternelle a constamment découvert qu'iels étaient colériques, non-coopératives/ifs et non attachéEs à la principale personne qui s'occupait d'elleux. Les enfants manquaient également de créativité, de persévérance et d'enthousiasme. En effet, les enfants qui ont vécu le rejet sont plus susceptibles que les enfants accéptéEs de démontrer de l'hostilité, des comportements agressifs ou passifs-agressifs, d'être extrêmement dépendantEs, d'avoir une opinion négative d'elleux-mêmes et de leurs capacités, d'être émotionnellement instables ou insensibles, et d'avoir une perception négative du monde autour d'elleux.

Donc, si vous me suivez vous êtes maintenant probablement en train de penser que cette forme pure et simple d'abus de pouvoir et d'autorité constitue quelque chose que nous, en tant que société civilisé moderne, devrions être capable d'éviter. Il existe de nombreuses façons de motiver les genTEs sans avoir recourt à la maltraitance physique ou émotionnelle. En fait, comme n'importe qui s'y connaissant vous le dira, la maltraitance physique et émotionnelle sont d'horribles motivateurs qui mènent à bien plus de problèmes qu'ils n'en résolvent. Alors, imaginez maintenant qu'on prenne cette histoire de boîte et qu'on fasse subir cela à des enfants à l'école. Imaginez que vous avez une fille de douze ans et imaginez que la/le professeurE a menacé cette enfant en lui disant que si elle ne se comporte pas correctement et ne répond pas aux attentes, elle va devoir s’asseoir par terre pendant une semaine. Vous vous souvenez comme était l'école, comment les enfants peuvent être horribles entre elleux. J'imagine qu'unE enfant sans défenses psychologiques et émotionnelles serait TERRORISÉE par ne serait-ce que la pensée de cette sorte d'exposition et d'humiliation publique. Vous pouvez imaginez les dégâts causés si l'enfant devait réellement être forcéE, par la/le professeurE, à se soumettre à l'humiliation publique. L'estime de soi en prendrait un coup, son réseau social s'effondrerait probablement, et les effets se répandraient dans la cour d'école de façons trop innombrables pour les énumérés dans ce court article. Les écoles ont déjà suffisamment de mal à faire face au harcèlement scolaire pour commencer, sans que les professeurEs ne peignent une cible dans le dos d'un enfant de cette façon.

Maintenant, je sais ce que vous vous dites, aucune école ne ferait jamais cela. Je veux dire, nous savons dorénavant que la maltraitance émotionnelle est une mauvaise chose, et nous savons que l'isolement, le rejet, et l'humiliation publique sont émotionnellement maltraitant, et nous n’admettrions jamais que nos professeurEs s'y adonnent. Chose terrible cependant, la maltraitance émotionnelle est un problème à l'école. En tant que parent j'ai dû me battre pour mes enfants plusieurs fois. Par exemple, la/e professeurE de mon fils a mis son nom au tableau et l'a publiquement humilié pour ne pas avoir fait son travail correctement. Lorsque je lui ai dit que son humiliation publique le faisait se sentir mal, tout ce qu'elle a pu dire c'était que s'il voulait éviter de se sentir mal, il devrait se plier à ses attentes. J'étais choqué qu'elle semble si peu concernée par ses sentiments, et quand je l'ai fait remarqué à la/au principalE, et quand j'ai dit qu'en tant qu'enseigant dans le supérieur il était illégal pour moi de simplement afficher les numéros d'identification d'étudiantEs dans un espace publique parce qu'il ne m'était pas permis de violer leur droit à l'intimité et à la sécurité ( à Alberta les lois FOIP protègent les adultes de ce type d'exposition publique, donc pourquoi pas les enfants??), iel a répondu que la salle de classe n'était pas vraiment un espace public. Mais bien sûr que c'est un espace public ! Non seulement tout le monde à l'école peut ainsi voir comment se débrouille mon fils, mais les parents des enfants qui entrent à l'école peuvent également en être témoin, donc je ne vois pas d'où iel a sorti ce commentaire sur le fait qu'il ne s'agisse « pas d'un espace public », puisque cela en est clairement un. Et cela n'est pas le pire vous savez. La semaine dernière ma fille est rentrée à la maison et a dit que sa/son professeurE lui a dit que si elle n'effectuait pas le travail demandé, elle pourrait perdre ses « privilèges » de bureau et devrait s'assoir par terre pendant une semaine.

Je ne plaisante pas.

Si ma fille de douze ans n'est pas capable de « payer le loyer » de sa salle de classe, sa/son professeurE va l'identifiée, l'isolée , et l'humiliée publiquement en lui prenant son bureau et en la forçant à s’asseoir par terre au milieu de trente de ses camarades d'école du même âge. Et tandis que sa/son professeurE dit que cela ne sera probablement pas un problème pour ma fille, je suis néanmoins horrifié que la menace n'ait été proférée. Je veux dire, ceTTE même professeurE, et ceTTE principalE d'école, ne penseraient jamais de la vie pouvoir s'en tirer aussi facilement avec des adultes (pouvez vous imaginez à quel point l'équipe enseignante serait énérvée si je mettais leur noms et leur photos ici, les mettais dans une boîte en public, et les livrais au ridicule et à l'humiliation publique ? Iels seraient furieuSESx. Je suis sûr que ce sera déjà assez terrible de les avoir pointer du doigt de cette façon), alors pourquoi est-ce que les sentiments des* enfants sont si insignifiants qu'ils n'apparaissent même pas sur leur radar ? Franchement je suis désolé pour les trois enfants à qu'iel elle l'a fait subir dans le passée. Je veux dire, j'ai lu les recherches, je suis thérapeute de métier, je suis conscient à quel point il est profonfément néfaste que quelque chose comme cela puisse exister, et franchement je suis choqué que des professeurEs professionelLEs semblent ignorer des recherches basiques en psychologie.

[...]

Références

Brendgen, Mara, Wanner, Brigitte, & Vitaro, Frank (2006). Verbal Abuse by the Teacher and Child Adjustment from Kindergarten Through Grad e6. Pediatrics, 117: 5.

Hyman, Irwin & Snook, Pamela (1999). [amazon_link id=”0787943630″ target=”_blank” container=”” container_class=”” ]Dangerous Schools. What we can do about the physical and emotional abuse of our children[/amazon_link].

Krugmen, Richard D. & Krugman, Mary K (1984). Emotional Abuse in the Classroom: The Pediatrician’s Role in Diagnosis and Treatment. Archives of Pediatrics and Adolescent Medicine. 128: 284-286.

Moeller, James R. (2002). The Combined Effects of Physical, Sexual, and Emotional Abuse During Childhood: Long-term Health Consequences for Women. Child Abuse and Neglect, 17(5): 623-40.

 

* Note de Zinzin Zine : nous devons vous préciser que pour le titre de cet article, en anglais : « The emotional abuse of our children: Teachers, schools, and the sanctioned violence of our modern institutions », nous avons pris la liberté de ne pas respecter la formulation de l'auteur qui en français signifie littéralement : « la maltraitance émotionnelle de nos enfants », pour lui préférer l'expression « des enfants ». En effet, la forme possessive nous semble contenir en elle-même une dérive paternaliste et potentiellement oppressive et agiste, or il nous paraîssait ici moins grave de faire une entorse à la traduction fidèle d'un auteur plutôt que de contribuer à diffuser une posture revendiquant les enfants comme étant la possession des adultes. Nous avons réitérer cette modification à d'autres endroits du texte signalés par une *. Veuillez donc noter qu'il s'agit d'un parti pris qui n'engage que nous et non l'auteur de l'article.

 

Source : http://www.sociology.org/

Traduction de l'anglais. Cette traduction est participative, toute personne peut proposer des améliorations, cette version est donc en permanence susceptible d'être modifiée. 

Lire le texte en anglais

Commenter cet article