[Rappel] Présentation de Zinzin Zine

Publié le

[Rappel] Présentation de Zinzin Zine

Ce webzine participatif est tenu en non-mixité par des personnes psychiatrisées, psychoatypiques, Handicapé·e·s psychiques, Folles1, diverses psychiques, hypersensibles, malades menthe à l'eau, et autres inadaptéEs en lutte contre le système psychiatrique, la psychophobie, le validisme et le monde qui va avec. Précisons que nous ne représentons en aucun cas la totalité et la diversité des personnes directement concerné·e·s par ce(s) système(s) d'oppression. Nous rassemblons ici des textes d'horizons très variés qui sont autant de pistes pour l'analyse critique des discours des différentes disciplines psy et pour trouver d'autres manières de comprendre et de soutenir nos multiples formes d'être au monde. Si vous vous reconnaissez dans notre présentation et que vous avez envie de participer à Zinzin Zine, n'hésitez pas à nous contacter, en précisant, si possible, de quelle manière vous aimeriez contribuer (recherche de contenu, rédaction, traduction, correction, diffusion, sous-titrage/transcription de vidéo, maintenance technique, création visuelle, sonore, etc.). Notre mail : zinzinzine[at]riseup.net

L'analyse critique des discours psys

L'analyse critique nous semble être une prémisse inévitable. La psychiatrie est un pouvoir déguisé en savoir. Si nous pensons qu'il ne sert à rien de se leurrer sur le fait qu'un savoir-pouvoir peut en chasser un autre pour légitimer la fonction de coercition et de gestion sociale qu'exerce la psychiatrie (qui a elle-même remplacé la religion dans ce rôle), pour autant de nos jours il nous paraît primordial de pouvoir décrypter et dénoncer les dogmes psy. Depuis sa création, la psychiatrie a notamment été utilisée comme un moyen de légitimer/invisibliser les systèmes d'oppressions en pathologisant certaines réactions de défense des opprimé·e·s et en prônant l'adaptation aux divers systèmes d'oppressions comme norme de santé mentale. Elle est une institution répressive médicalisée visant fondamentalement non pas à résoudre les problèmes d'un·e individu·e, mais à résoudre les problèmes que des individu·e·s posent à la collectivité.

Trop de gens sont hapéEs quotidiennement par les sirènes des explications psychologisantes et psychiatrisantes, et trop peu d'outils de défense intellectuelle et pratique sont à la disposition de celleux qui subissent la répression psychiatrique. Parfois les psys ont le pouvoir de nous assigner à une place asphyxiante à grands coups de justifications théoriques autoritaires, et alors il est vital de savoir qu'il n'y a pas de fatalité à accepter cette place, mais que d'autres voies existent.

Trouver d'autres approches

Il nous semble urgent qu'une fois démasquéEs les mythes et les horreurs que véhiculent les diverses disciplines psy, celleux qui ont besoin de soutien ne se trouvent pas démuniEs face à un gigantesque vide. C'est pourquoi nous cherchons dès maintenant des moyens de penser et d'agir autrement face aux diverses manifestations psychiques considérées comme "anormales" et/ou "pathologiques", qu'elles soient synonymes de souffrance ou non. Nous tentons de développer d'autres connaissances et d'autres explications de ces phénomènes, ainsi que d'autres façons de prendre soin de nous. Nous ne pensons pas que l'on puisse entièrement séparer une quelconque manifestation humaine du contexte social dans lequel elle émerge, c'est pourquoi nous cherchons à développer et diffuser des approches qui prennent en compte les divers systèmes d'oppressions dans lesquels nous vivons et les violences systémiques qui en résultent. Dans cette société si hiérarchisée et oppressive, nous pensons qu'il est nécessaire d'apprendre à porter d'autres regards (les nôtres!) sur nos diverses manières d'être au monde, nos crises existentielles, nos souffrances émotionnelles, nos tristesses ou nos joies extrêmes et toutes autres manifestations psychologiques ou comportementales considérées comme "anormales" et réprimées comme telles.

Vous trouverez par exemple sur Zinzin Zine des textes de psychologie féministe. De manière générale, nous tenterons de diffuser des approches de la Folie non-pathologisantes et/ou qui prennent en compte l'existence des systèmes patriarcal, raciste, capitaliste, validiste, âgiste, hétérosexiste, cissexiste etc...dans lesquels nous vivons. Des approches qui ne séparent pas de façon étanche le psychologique du social par exemple. Une approche anarchiste2 des psychoatypies (c. à d. des manifestations psychiques considérées comme anormales) en quelque sorte!

Ce qui nous semble presque évident est bien entendu inexistant dans les discours psy dominants, et pour cause : ils sont, entre autres choses, le bras idéologique de l'individualisme le plus effréné. À travers ces idéologies, non seulement l'impact de l'organisation sociale sur nos souffrances psychiques est largement minimisé, puisque tout s'expliquerait quasi exclusivement par nos relations familiales précoces (psychanalyse) où nos neurones (psychiatrie biologique), mais de plus, toutes les manifestations psychiques atypiques, ne correspondant pas assez à l'idéal capitaliste de l'individu·e normal·e/bien adapté·e/util·e au système, sont pathologisées et par conséquent perçues comme des défauts humains à traiter ou à éradiquer et non comme des manifestations de la foisonnante diversité psychique humaine.

Feu de tout bois, enfin presque...

Notre perspective est celle d'une libération totale de tout système d'oppression quel qu'il soit. Mais nous n'avons ni la prétention ni l'envie de construire un nouveau savoir clés en main pour gérer la Folie, ou la Révolution. Nous ne revendiquons aucune pureté idéologique. Nous voudrions simplement que chaque personne qui passe par ici puisse trouver dans ce webzine des outils pour combattre l'oppression psychiatrique et commencer à comprendre par soi-même ou à plusieurs, de quoi peut être fait son mal-être, ses crises existentielles en tout genre, etc., et comment y remédier si le besoin s'en fait sentir.

Notre parti pris est d'accepter des textes avec lesquels nous ne partageons pas nécessairement l’entièreté des propos, à partir du moment où ils apportent tout de même une piste utile à notre combat, mais nous ne publierons bien sûr pas n'importe quels textes, puisque nous n'accepterons aucune contribution qui cherche activement à véhiculer des idées oppressives, quelles qu'elles soient.

Si nous avons une grande préférence pour les contributions des premièrEs concernéEs, pour autant nous acceptons les textes de professionnel·le·s de la santé mentale lorsque celleux-ci savent se montrer clairement critiques vis à vis de leur profession. Étant donné la variété des sources desquelles nous chercherons à tirer des pistes libératrices, nous sommes conscientEs que certaines idées entreront parfois en contradiction (certaines personnes revendiquent le terme de « maladie mentale » quand d'autres cherchent à s'en émanciper, par exemple). Nous assumons entièrement ces contradictions qui nous paraissent davantage refléter la singularité du cheminement de personnes qui s'interrogent et luttent contre une machine tentaculaire que des visées catégoriquement antagonistes. Nous sommes de celleux qui pensent que pour en finir avec toutes les oppressions, pour arriver à la liberté et à l'entraide de tou·te·s, autant de petits pas que de grands coups dans la machine sont nécessaires, dans la mesure de la place et de la possibilité de chacun·e·s.

Bonne lecture, et vive la lutte des psychiatrisé·es!

Zinzin Zine

PS: CETTE PRÉSENTATION EST RÉGULIÈREMENT MODIFIÉE ET AUGMENTÉE DONC N'HÉSITEZ PAS À LA RE-CONSULTÉE DE TEMPS À AUTRE.

Illustration: logo original des Mad Pride au Royaume-Uni, dans lequel le symbole anarchiste du A cerclé remplace le ''a'' de Mad.

1 Lorsque nous choisissons de nous réapproprier politiquement les termes "Folie" et "Folles·Fous" (ou d'autres tels que "Cinglé·e", "Dingues", "Fada", "Désaxé·e·s", "Detraqué·e·s" ou "Taré·e·s" par ex.), qui sont à la base un langage oppressif, nous empruntons en cela la même démarche que les militant·e·s queer issu·e·s des mouvements LGBT+. Comme l'explique l'un des représentants de ces mouvements, Andrew Wagner, concernant des termes tels que "gouines" "pédés" ou "queer" : "utiliser ces mots positivement, c'est lancer notre oppression à la face de l'oppresseur. Les revendiquer au final est un acte politique, et ne pas permettre à ces mots d'être des insultes, ne pas leur permettre de nous faire ressentir de la honte, est un acte puissant." (traduction d'un extrait du texte : "Reclamation: Taking Back, Giving Away, and the Future of (Queer) Language", disponible en anglais içi).

2 L'anarchisme est, entre autre, cette idée folle qu'il faut mettre fin à toutes les formes de dominations (pas seulement au capitalisme) pour parvenir à la libération et à l'entraide de tou·tes.

Publié dans Antipsychiatries

Commenter cet article

lyne frappier 30/01/2017 00:47

j'aimerais bien participer en tant que bénévole et j'aimerais bien connaitre votre adresse postal. je suis moi mémé bipolaire depuis plus de vingt ans et j'ai été touché par votre texte. Command faire, expliquer-moi?

Zinzin Zine 30/01/2017 07:41

Bonjour Lyne, merci beaucoup pour ton intérêt, envoie nous un mail à zinzinzine@riseup.net et nous te donnerons les infos