Documentaire: Mort sous traitement

Publié le

À la suite d'un évènement tragique, la mort subite de sa sœur diagnostiquée schizophrène et qui devait prendre quotidiennement 5 médicaments psychiatriques différents, Anniken Hoel mène une enquête pour comprendre ce qui à pu mener à ce que les vies de milliers de personnes soient ainsi couremment mises en danger, sans que personne ne s'en inquiète outre mesure.

Ce documentaire montre comment l'industrie pharmaceutique exerce un contrôle tellement insidieux et puissant que son discours marketing en vient à constituer le fondement même des pratiques et des discours médicaux en psychiatrie. Comme dans n'importe quel autre marché économique, le discours marketing de cette industrie est uniquement motivé par le profit financier, mais fait pourtant office de discours médical officiel au plus haut niveau: celui des agences de sûreté, des revues scientifiques de renom et des enseignements officiels des académies de médecine. Comme le dit Adrienne Fugh-Berman dans ce film: ""Les articles publiés dans les revues sérieuses [...] influent fortement sur l'opinion qu'ont les médecins d'une maladie, des options thérapeutiques et de la prise en charge, ils constituent sans doute le principal outil de marketing des laboratoires pharmaceutiques. Il est tout à fait courant que les articles publiés dans la littérature scientifique soient rédigés ou pilotés en secret par les laboratoires [...]" L'industrie contribue indirectement au financement de plusieurs de ces revues, ce qui nous conduit au personnage clé du commerce des médicaments: le médecin traitant. Ce sont ses prescriptions qui enrichissent les laboratoires. Pensez-vous que les médecins aient conscience d'être manipulés? "Non, la plupart des médecins n'y voient que du feu. Et cela tient au fait que cette manipulation est très subtile, très insidieuse. Même un médecin qui n'irait à aucun dîner organisé par les laboratoires, qui ne recevrait pas de visiteurs médicaux et n'accepterait aucun échantillon serait toujours manipulé. Car c'est l'information dans les revues médicales qui est biaisée, c'est l'information dans les congrès qui est biaisée, c'est l'information que les professeurs de médecine fournissent aux praticiens qui est faussée et donc même un médecin parfaitement honnête, intègre et plein de bonnes intentions, n'a pas accès à l'information qu'il lui faut pour exercer son art dans les meilleures conditions."

La situation est telle que l'on peut parler de corruption institutionnalisée en psychiatrie. Les conséquences en sont catastrophiques pour la vie des personnes qui ont affaire à cette médecine   intrinsèquement biaisée. Lorsque les discours psychiatriques officiels sont construits au plus haut niveau en fonction des intérêts économiques des laboratoires pharmaceutiques, ils sont logiquement façonnés afin de transformer le plus de personnes possible en consommatrices de médicaments psychiatriques à vie. L'intérêt des personnes psychiatrisées, pouvoir se rétablir pleinement après avoir traversé des difficultés psychiques, sans se transformer en patientEs à vie, entre en totale contradiction avec cette logique. Ce documentaire permet de comprendre comment se sont construites les pratiques actuelles, qui font que lorsqu'on manifeste certaines formes de détresse psychique, la réponse psychiatrique officielle consiste à nous diagnostiquer telle ou telle maladie pour ensuite nous dire ''vous devrez maintenant prendre ce(s) médicament(s) toute votre vie". Cela a pour principal résultat la dégradation générale de notre santé et de nos conditions de vie. La chronicisation massive des personnes qui passent par la psychiatrie n'est pas une fatalité résultant des suites logiques de nos "maladies incurables", elle est la conséquence directe d'un système économique qui, ici comme ailleurs, privilégie les profits avant nos vies.


Documentaire disponible en streaming sur le site d'Arte du 1er avril au 1er Mai: