Camarades, toutes voiles dehors contre Hopsyweb! Le dernier gadget de l’État fasciste qui vient

Publié le

Camarades, toutes voiles dehors contre Hopsyweb! Le dernier gadget de l’État fasciste qui vient

Macron et ses sbires viennent de faire passer, en loucedé, le 23 mai dernier, un décret qui autorise maintenant le fichage des données personnelles de toutes les personnes hospitalisées sans consentement. Ça s'appelle "Hopsyweb":

Ce nouveau dispositif répressif est la suite logique d'une série d'ignominies dont seules les pires ordures ont le culot, car Macron et sa clique concoctent, avec violence, détermination et sourire bright, le durcissement de tous les appareils répressifs, préparant le terrain à rien de moins que la possibilité très concrète du retour d'un État français fasciste.

 

La situation est extrêmement grave. Le secret médical était déjà trop souvent bafoué pour les personnes psychiatrisées, mais il existait et l'État ne pouvait pas se permettre de jouer avec trop ouvertement. Nombre de camarades psychiatrisées peinent déjà à se sortir des mailles du filet des enfermements sans-consentement. CertainEs d'entre nous croupissent dans les HP pendant des années et dans le silence et l'indifférence la plus totale. Beaucoup d'entre nous ne sont maintenant pas plus tranquilEs à la sortie, puisque c'est les soins ambulatoires sous contrainte qui nous attendent et l'injection mensuelle obligatoire sous peine de retourner à l'HP sous ordre préfectoral. Étant donné la fonction de contrôle social médicalisé que joue la psychiatrie, les camarades de galère psychiatrique déjà les plus viséEs et qui continueront à l'être toujours plus brutalement au travers de ce dispositif sont les femmes et minorités de genre, enfants, prolétaires, racisées, psychoatypiques et considérées comme psychotiques et/ou dangereuses par la psychiatrie et par la police. Souder encore plus étroitement les liens entre la psychiatrie et la police, c'est doter l'État d'un arsenal répressif surpuissant et absolument abject.

 

Camarades psychiatriséEs, c'est quand qu'on se rencontre à nouveau? C'est quand qu'on s'organise sans rien attendre des camarades valides? Si on attend que la curiosité intellectuelle des valides nous soit à nouveau favorable pour s’organiser uniquement selon leurs conditions de valides, nous n'irons pas bien loin, bien entendu.

Organisons-nous, rejoignons aussi touTEs les autres oppriméEs en lutte, comme nous pouvons, où nous pouvons, mais jamais n'oublions: nos luttes comptent, nos vies comptent, nous sommes des êtres humainEs à part entière, notre liberté compte!!! Et on va leur faire savoir!!!

 

Camarades valides, allez-vous vraiment attendre que le «trouble oppositionnel avec provocation» (par exemple) soit utilisé contre des militantEs valides, et que l'État puisse psychiatriser le plus ouvertement du monde touTEs les contestataires à l'ordre établi, en leur imposant légalement l'enfermement psychiatrique ou la camisole chimique à domicile, avant de vous montrer solidaires de nos luttes?!

 

Si tel est le cas, au train où va actuellement la légitimation du discours psychiatrique, on risque même pas d'avoir à attendre bien longtemps.

 

Sachez en tout cas que nos camarades du CRPA, comme à leur habitude sur ce genre de problème, sont déjà au taquet (bravo à vous, lâchez rien!) iels vont se pourvoir en annulation de ce décret devant le Conseil d’État.


Et selon leurs infos, «le Syndicat des psychiatres des hôpitaux (SPH) majoritaire chez les médecins-chefs envisage cette semaine d'engager de son côté un recours distinct en annulation devant le Conseil d’État».

 

On peut parier sans trop se mouiller que l'écrasante majorité d'entre eux ne manqueront pas, comme à leur habitude, d'instrumentaliser les luttes contre notre maltraitance institutionnalisée pour défendre leur propre intérêt professionnel, pour protéger leur statut de privilégiés en redorant le blason de toute l’institution, et en hurlant à l'honneur blessé de la bonne psychiatrie de papa. Allez bien vous faire électrochoquer le cul bande de bourgeois, lutter, ça se fait sur le dos de personne!

Les travailleuses et travailleurs de la psychiatrie dissidentEs, sont toujours les bienvenuEs, mais bien entendu, niveau dissidence, il y a bien plus à attendre du personnel d'entretien, des aides-soignantEs, des infirmièrEs et de toutEs les autres "subalternes" de la psychiatrie, que des psychiatres bourgeois en chef, pas d'illusion!

 

Ceci étant dit, les travailleuseurs de la psychiatrie qui veulent rejoindre nos luttes ne doivent pas oublier que c'est nos vies qui sont en jeux, et que c'est plus que leur gagne-pain qu'il s'agit de "préserver", c'est leur complicité face à notre oppression qu'il s'agit aussi pour elleux de détruire. 

 

Organisons des Assemblées générales, partout où ce sera possible,pour préparer la contre-offensive!

 

Parce que la rage qui nous unit est plus forte que tout ce qui nous isole, camarades, rejoignons-nous et luttons!

ON N'A PLUS DE CUILLÈRES FAUT SORTIR LES COUTEAUX!

SOLIDARITÉ AVEC LES PSYCHIATRISÉES EN LUTTE!

ILS PASSERONT PAS!

 

 

Des allumées déterminées

 

PS: N'hésitez pas à faire tourner.

★ ★ ★

Reçu par mail.

Description de l'image 1: Dessin d'une bannière de pirate, un crâne humain et en dessous,des sabres entrecroisés en blanc,sur fond noir.

Description de l'image 2: Photo colorisée, gros plan d'une série de couteaux roses sur fond noir.