Transformer le politique en personnel: comment la psychologie entrave le militantisme féministe

Publié le

Transformer le politique en personnel: comment la psychologie entrave le militantisme féministe

Les féministes devraient se préoccuper davantage de la façon dont le modèle thérapeutique individualise l'oppression des femmes et professionnalise l'empathie.


Tove Happonen


On dit que les problèmes de santé mentale sont en hausse dans le monde occidental, particulièrement chez les jeunes femmes [tous les liens sont en anglais]. Ces problèmes sont censés s'aggraver uniquement s'ils ne sont pas soignés.

Dans un article paru dans The Guardian, la psychologue clinicienne Nihara Krause affirme qu'entre 2014 et 2015, seulement 20% des personnes qui "avaient besoin d'aide" au Royaume-Uni en ont effectivement reçu. Par "aide", Krause veut dire "thérapie". Les expert·es comme Krause affirment que cette augmentation des "problèmes de santé mentale" est liée à des problèmes tels que les difficultés financières, l'absence de logement, la pression à la performance (à l'école et sur les réseaux sociaux) et (dans le cas des femmes) à une très grande insécurité concernant nos corps. Bien qu'elle ait conscience de cela, la psychologie n'existe pas et n'est pas faite pour aborder ces questions et les raisons systémiques qui les sous-tendent – l'oppression des pauvres, des personnes racisées et des femmes, par exemple. Au contraire, la thérapie vise uniquement à remédier à la réaction émotionnelle de chaque individu face à ses conditions de vie. On peut finir par se demander ce que la psychologie fait réellement de bon pour la société en général et pour les femmes en particulier.

À l'occasion d'un atelier tenu lors d'un rassemblement de femmes auquel j'ai assisté cet été en France, Sheila Jeffreys a soutenu que la psychologie individualise les effets du patriarcat et sépare les femmes les unes des autres. Cette analyse féministe autrefois courante était complètement nouvelle pour moi, et j'ai réalisé, en en discutant avec d'autres jeunes femmes (dans la vingtaine pour la plupart d'entre nous), que j'avais vécu dans une bulle où la psychologie n'était jamais remise en question.

Je ne suis pas la seule. En réponse aux difficultés de nos amies, les femmes sont promptes à suggérer une thérapie pour faire face à des problèmes comme le manque d'estime de soi, la détresse dans les situations sociales, les tendances à l'automutilation, les problèmes relationnels ou la difficulté à accepter leur corps féminin – qui sont tous des problèmes qui sont influencés par le fait de vivre sous le patriarcat, comme on peut le déduire des disparités sexuelles dans, par exemple, l'automutilation et l'anxiété. "Fais une thérapie" est devenu un conseil de base. L'expression "Tu as besoin d'aide" est admise comme étant bien intentionnée et sensée, que cela s'adresse à l'ami·e comme à l'adversaire. Ce que l'on entend par "aide" est compris par tou·tes, puisque qu'aucune alternative n'est généralement proposée.

Nous ne questionnons pas l'utilité de la thérapie, alors même que les psychologues reconnaissent qu'il est impossible de prouver quel type de thérapie (si tant est qu'il en existe) est la plus efficace. Un auteur de Psychology Today écrit:

"Nous ne parvenons même pas à nous mettre d'accord sur ce qui constitue un "bon" résultat. Un soulagement des symptômes? Un changement de personnalité? De meilleures relations? Une meilleure capacité à aimer et à travailler? Un développement et un épanouissement personnel? Tout ça à la fois?"

Qu'est-ce que tout cela signifie, en dehors d'un cadre psychologique? Et comment serait-il possible de déterminer et mesurer les résultats? Le développement personnel, les progrès, l'épanouissement, l'accomplissement personnel et l'empuissancement sonnent comme des objectifs nobles, c'est pourquoi nous comprenons et encourageons les femmes lorsqu'elles les désignent comme des "objectifs personnels". Nous sommes toutes épuisées, stressées, vidées, déprimées et en souffrance et nous pouvons donc nous identifier et avoir de l'empathie pour les femmes qui vivent la même chose. Mais, en tant que féministes, nous savons que le patriarcat existe et que nous faisons face à diverses formes d'oppression dans ce monde, alors pourquoi ne pas remettre en question le conseil souvent répété, "Prends soin de toi d'abord", quand une camarade exprime ses problèmes, et dire à la place: "Aidons-nous les unes les autres".

Diviser pour mieux régner est la plus vieille ruse de l'oppresseur, et cela joue contre nous. Dans son livre de 1975, Psychotherapy: The Hazardous Cure, Dorothy Tennov a décrit ce qu'est vraiment la thérapie, en tant que profession et domaine d'étude, démontrant combien il est difficile de prouver qu'elle est utile à tou·tes, à une époque où la psychologie gagnait du terrain. Bon nombre de ses préoccupations concernant la constante normalisation de la psychothérapie se sont réalisées, car il est de plus en plus accepté socialement que les femmes voient des thérapeutes et deviennent elles-mêmes thérapeutes. Mais la déstigmatisation de la thérapie n'est pas quelque chose de positif pour le mouvement féministe. Comme l'a conclu Tennov:

"Il ne fait aucun doute que la personne qui consulte un·e psychothérapeute et apprend à s'adapter à une situation, à faire un travail sur elle-même, est moins susceptible de faire pression vers l'extérieur pour tenter de susciter un changement dans la société. La psychothérapie détourne l'attention des autres pressions."

On nous a appris, à travers la normalisation de la thérapie, à individualiser nos difficultés et à regarder vers l'intérieur plutôt que vers l'extérieur. La thérapie agit de façon à nous empêcher de nous connecter les unes avec les autres. Elle nous isole – chacune d'entre nous est confiée à son/sa propre thérapeute, qui nous apprend à faire face à nos "problèmes" en privé. Nous apprenons que nous devons prendre soin de nous-mêmes et travailler sur notre personnalité afin de mieux affronter le monde qui nous entoure, avant de pouvoir agir. Ce que la thérapie ne nous enseigne pas, c'est que la colère des femmes est justifiée, que notre souffrance est réelle et que ce que nous décrivons souvent comme des "problèmes de santé mentale" sont surtout causés – ou fortement exacerbés – par l'oppression structurelle. La psychologie prétend que la solution, ou le "traitement", de nos problèmes consiste à améliorer notre attitude et notre capacité à les supporter, au lieu de s'attaquer aux problèmes dans leur ensemble.

Dans The Conversation, Zoë Krupka explique que les thérapeutes apprennent à blâmer les patientes elles-mêmes pour au moins une partie du problème auquel elles sont confrontées. Parce qu'iels ne peuvent pas démanteler l'oppression systémique ou véritablement empuissanter leurs clientes (c'est-à-dire en leur donnant un pouvoir réel dans la société) à travers des séances privées, les thérapeutes doivent trouver des problèmes à résoudre à l'intérieur de leurs clientes. Dans les cas de violence masculine, par exemple, les termes de "lien traumatique", "codépendance" et "syndrome de Stockholm" servent tous à placer une part de responsabilité chez la victime (la femme), tandis que l'existence des techniques de "gestion de colère" servent de propagande apologétique de l'auteur (l'homme). "Cela contribue à l'impuissancement [disempowerment] des femmes et à notre incapacité globale à voir au-delà de l'arbre qui cache la forêt de violence", écrit Krupka.

Il existe de nombreux exemples de la façon dont la psychologie a infiltré notre vocabulaire et façonné notre discours, par exemple l'idée que les femmes peuvent souffrir de misogynie ou d'homophobie "intériorisée", plutôt que de parler de ces questions comme étant le résultat d'hostilité et de discriminations extérieures et systémiques. Cela a également influencé notre façon d'aborder l'amitié et les relations avec d'autres femmes. Se confier à une amie est parfois décrit comme "thérapeutique", et les femmes diront souvent qu'elles ont joué les "thérapeutes de salon" [armchair therapist] lorsqu'elles ont consolé, conseillé, et écouté leurs ami·es. Les bon·nes thérapeutes sont décrit·es comme étant des personnes empathiques, attentives et, par-dessus tout, des personnes en qui nous avons confiance et à qui nous pouvons parler ouvertement sans être jugé·es. Ce sont toutes des qualités que l'on pourrait espérer trouver chez un ou une bonne amie, mais on nous a appris à considérer que nous ne sommes pas suffisant·es, et qu'il existe des "professionnel·les" qui sont tout simplement plus doué·es que nous pour l'empathie. Lorsque nos ami·es et nos proches sont profondément bouleversé·es, nous les aidons à trouver une "aide professionnelle", comme si une situation unilatérale, dans laquelle une personne étrangère – éloignée de leur vie quotidienne, en position de pouvoir sur elleux, et payée – sera plus à même de prendre soin d'elleux que nous le serions. Nous ne nous faisons pas confiance pour prendre soin des nôtres parce qu'il est possible de choisir une option "professionnelle".

Cette professionnalisation de l'empathie et des soins a profondément affecté le mouvement féministe, car les centres d'aide aux victimes de viol et les refuges pour femmes battues comptent de plus en plus de personnes qui ont accès à des diplômes, plutôt que des femmes ordinaires – y compris celles qui ont été victimes de violence masculine et qui ont pu elles-mêmes rechercher de l'aide dans ces refuges. Le Vancouver Rape Relief and Women's Shelter (VRRWS), le centre d'aide aux victimes de viol le plus ancien du Canada, fonctionne toujours selon un modèle de soutien par les pairs et en tant que collectif. La tendance à la professionnalisation du travail contre les violences a affaibli notre capacité d'aider et d'agir en tant que féministes, comme l'explique Pauline Funston, du VRRWS:

"Aujourd'hui, nous recevons des "clientes" et fournissons un "service", ce qui montre clairement l'érosion des principes et des pratiques féministes. Les femmes battues qui viennent dans les maisons de transition nous perçoivent maintenant en tant qu'autres, plutôt qu'en tant que personne comme elles..

... L'érosion des principes féministes vers le professionnalisme coûte aux femmes battues leur dignité, leur autonomie et leur droit de participer au mouvement féministe.

... Nous en sommes réduites à devenir un autre service social qui individualise alors l'expérience de la femme battue et travaille à l'encontre du changement politique pour elle et toutes les femmes
."

La thérapie s'oppose à l'action féministe collective à la fois en déterminant que certaines d'entre nous sont inaptes à soutenir d'autres femmes si nous n'avons pas de diplôme, ainsi qu'en prétendant que nous sommes mentalement inaptes – que nous aurions nous-mêmes besoin de thérapie. Cela revient à nous charger nous, en tant qu'individu, du fardeau de surmonter les effets du patriarcat, ainsi que de porter la responsabilité de celui-ci. Les thérapeutes m'ont souvent dit, lorsque j'ai exprimé à quel point je me sentais impuissante à améliorer la situation des femmes dans notre société, que je ne pouvais pas m'efforcer d'essayer de sauver le monde avant de m'être sauvée moi-même. J'étais dans un état mental trop fragile pour parvenir à changer quoi que ce soit, disaient-iels. Je ne pouvais pas militer sans me faire du mal. Tout comme nos aïeules ont été qualifiées d'hystériques, on nous inculque que nous sommes trop instables ou trop faibles mentalement pour être des militantes efficaces. Nous apprenons que nous souffrons de choses telles que l'anxiété sociale, la dépression, diverses phobies, la bipolarité et les traumatismes et qu'il nous incombe personnellement de les surmonter et d'en guérir, en faisant appel à une "aide" professionnelle, avant de pouvoir envisager de nous organiser politiquement et de changer quoique ce soit d'autre que nous-mêmes.

Par le passé, les femmes ont appris à travers la conscientisation qu'elles n'étaient pas seules, ce qui était une source de force. Leur colère n'était pas incapacitante, leur tristesse n'était pas un défaut de caractère et leur peur n'était pas un diagnostic. Leurs "problèmes" n'étaient pas seulement personnels, mais bien plus larges et touchaient toutes les femmes.
C'est en rencontrant et en partageant avec d'autres femmes, en personne, que les femmes ont pu mettre en lumière et nommer des choses comme le patriarcat, la suprématie masculine, la misogynie, le racisme, la lesbophobie, les abus, la pauvreté et l'oppression, au lieu de la "dépression", la "maladie mentale", la "haine de soi intériorisée" et le "stress".

Même les jeunes femmes qui se moquent de l'idée que le maquillage et les vêtements pourraient apporter un empuissancement personnel restent convaincues que nous pourrions nous empuissanter par la thérapie et le soin de soi. Au lieu d'utiliser notre douleur et notre colère, nous devons nous intégrer au statu quo de la stabilité mentale. Comme s'il existait un état à l'intérieur du patriarcat qui soit plus naturel et logique pour les femmes que la colère et la rébellion.

L'idée que nous devrions d'abord nous guérir nous-mêmes avant de pouvoir agir pleinement est aussi fallacieuse que l'idée que nous devrions d'abord "nous aimer nous-mêmes" pour pouvoir être aimées des autres. Alors qu'elles voyaient la communauté lesbienne et féministe être engloutie dans le blabla psychologique, Celia Kitzinger et Rachel Perkins, dans leur livre Changing Our Minds, ont écrit en 1993:

''La psychologie affirme que 's'aimer soi-même' est une condition préalable essentielle pour aimer les autres et pour un travail politique efficace. Nous ne pouvons pas croire cette affirmation...

Aimer les autres, et être efficace politiquement n'est pas quelque chose que l'on devient magiquement capable de faire une fois que l'on 's'aime vraiment'. En réalité, il s'agit d'un processus, on apprend comment aimer en aimant et comment s'engager politiquement à travers l'engagement politique.''

Ce message demeure tout aussi important aujourd'hui, car la psychologie a été très peu remise en question par les féministes modernes.

Pour aller de l'avant, nous devons nous débarrasser de l'idée que nous avons besoin que des "professionnel·les" de la santé mentale prennent la place de nos amies et alliées, et que c'est une attitude et une mentalité différentes qui nous permettront de renverser le patriarcat. On ne résout pas le problème d'une oppression systémique en apprenant à la supporter, en l'analysant avec un ou une professionnelle rémunérée ou en devenant cette professionnelle. Il s'agit de développer des analyses structurelles et de démanteler l'oppression en tant qu'institution, à travers l'action féministe organisée, sans relâche et ouverte à toutes les femmes, y compris l'institution de la psychologie qui nous emprisonne dans nos propres esprits, isolées les unes des autres.


Ironiquement, c'est souvent un blocage mental qui empêche tant de jeunes femmes d'être des féministes efficaces. Mais ce blocage ne vient pas de l'anxiété, de la dépression ou du stress – il vient plutôt de l'idée que nos émotions et nos problèmes sont personnels et sont à surmonter par nous-mêmes. Nous devons laisser tomber l'idée que le mal est en nous, et non dans le monde. Nous devons nous rejoindre et nous organiser dans la vie réelle, nous entraider, nous soutenir et nous comprendre, être à l'écoute et empathiques, tolérantes et bienveillantes, mais aussi fermes et sincères. Nous devons comprendre que nous sommes toutes blessées, frustrées et en colère – et que ce n'est pas quelque chose que nous devons gérer seules.

J'exhorte les jeunes féministes qui se sentent impuissantes et frustrées à se rencontrer dans la vraie vie. Recherchez des groupes féministes établis dans votre ville ou région, des refuges pour femmes où être bénévoles, des groupes de lecture, des cours d'autodéfense – et si vous n'en trouvez pas, créez votre propre groupe. Soyez le réseau de soutien mutuel et la force de chacune, venez aux rassemblements et aux manifestations en groupes; faites des affiches, des slogans, des autocollants et des brochures à diffuser ensemble; organisez des activités et des manifestations. J'encourage fortement de développer des liens avec des femmes plus âgées, afin de tirer des leçons de leur expérience et de leurs savoirs, bien qu'il soit tout aussi important d'agir de façon indépendante en tant que nouvelle génération de féministes et de former nos propres réseaux. J'ai pu me faire des amies et finalement créer une organisation féministe, visant à favoriser des espaces séparatistes de femmes, par le biais de forums féministes radicaux sur Facebook et de blogs sur Tumblr. Osez passer à l'étape suivante et rencontrez-vous dans la vraie vie. Rejoignez les organisations et les groupes que vous avez à l’œil depuis longtemps. Efforcez-vous de sortir pour rencontrer de nouvelles femmes.

Nos objectifs ne devraient pas être le développement ou l'empuissancement personnels, mais la libération de toutes les femmes.

À celles qui pourraient être sur la défensive, permettez-moi de dire quelque chose, en tant que personne ayant vécu une dizaine d'années avec le diagnostic de "dépression clinique" et ayant consulté huit thérapeutes différent·es pendant cette période (une nouvelle personne à chaque fois que ça revenait): depuis que j'ai arrêté la thérapie et que je suis devenue militante, que j'utilise mes émotions pour cette cause et que je me suis fait des amies dans ce mouvement – de véritables sœurs – je ne me suis jamais mieux sentie mentalement.

★ ★ ★

 

Source: Ce texte a été initialement publié en anglais, en décembre 2017, sous le titre «Making the political personal: how psychology undermines feminist activism», sur un site de féministes radicales transphobes (TERF). Il n'est donc pas question ici de donner de la visibilité à ce site en incluant un lien redirigeant vers lui (si vous tenez à constater par vous-même l'ampleur des dégâts, il est facile à retrouver). Si ce texte apporte un éclairage féministe d'un grand intérêt face à toutes les offensives libérales individualisantes, ici plus que jamais, sa publication et traduction ne signifie pas que je partage pour autant les thèses du site de publication d'origine, j'y suis même diamétralement opposée, ni les positions que pourrait avoir l'autrice sur d'autres sujets.

Traduit de l'anglais. Cette traduction est participative et D.I.Y., toute personne peut proposer des améliorations, cette version est donc susceptible d'être modifiée.

Tous les surlignages ont été rajoutés.

Description de l'image: dessin représentant une personne debout presque entièrement ensevelie dans une matière translucide parsemée de petits pois noirs, seules dépassent les deux extrémités du corps: des joues au sommet du crâne et des chevilles aux pieds. La personne a les cheveux noirs coiffés en chignon et porte des chaussures noires.

Crédit image: Kate Pugsley