Entre « L’INTERNEMENT PSYCHIATRIQUE » et « LA PEINE DE PRISON »

Publié le

Illustration sur fond rose avec au centre une pancarte où est écrit "Solidarity is a form of resistance" sur fond mauve/gris, dont le manche en bois est tenu par 3 mains rouges, avec des plantes qui s'enroulent autour.

"Relai d'une lettre du collectif Lavenderforever

Aurélien est un homme trans de 21 ans, enfermé en Défense sociale depuis le mois de février 2022, dans l’unité sécurisée de protection sociale Claudel au CHU Chêne aux Haies à Mons, en Belgique. Récemment, la direction lui a retiré la possibilité d’accéder à une torsoplastie, qui lui est vitale! A sa demande, nous rapportons au mieux sa situation actuelle et appelons à relayer cette lettre au maximum.



Entre «L’INTERNEMENT PSYCHIATRIQUE» et «LA PEINE DE PRISON»

Dans nos termes, la Défense Sociale serait l’ «annexe pénitentiaire» d’un hôpital psychiatrique. L’institution est dirigée par un chef psychiatre dont la mission est d’assurer le rôle sécuritaire de l’établissement, au dépend d’une réelle logique de soin. Les plaintes pour maltraitances (entre autres médicales) sont d’ailleurs très nombreuses.

C’est dans ce contexte d’enfermement, qu’Aurélien, sous hormones depuis 3 ans, souhaite poursuivre sa transition et avoir accès à sa torsoplastie qu’il considère comme étant aussi urgente que vitale.

L’opération, qui avait déjà été accueillie positivement par des professionnels de la santé avant son internement/incarcération, vient de lui être refusée par le chef/directeur psychiatre sous motif de «mauvais comportement», et accessoirement parce qu’il aurait «déjà eu le droit» d’aller à l’hôpital cette année après s’être cassé le poignet...

Sa présence dans un établissement carcéral impliquant déjà toute une série de mesures punitives (telles que la mise à l’isolement pour n’en citer qu’une), nous refusons que l’interdiction d’une torsoplastie s’ajoute à cette liste de (mal)traitements. C’est pourquoi nous relayons la voix d’Aurélien qui se sent «à bout», «incompris», «de plus en plus rejeté», «puni injustement», «isolé et abandonné» et prêt à tout pour obtenir son opération cet hiver.

Cette interdiction aurait évidemment une incidence grave sur sa santé mentale et physique, et donc sur le reste de son parcours d’enfermement: sa libération étant conditionnée par une amélioration notable de son état de santé psychique et par la mise en place d’un «projet de vie».

A RELAYER, PARTAGER, DIFFUSER, tout ça tout ça, SVP ;
Et n’hésitez vraiment pas à nous contacter :

Si vous avez des idées ou des pistes de solution pour Aurélien.
Si vous êtes un.e professionnel.le du soin prêt.e à témoigner en faveur de son opération.
Si vous vous sentez compétent.e pour aider d’un point de vue juridique.

Le collectif Lavender, en soutien aux personnes LGBTQIA+ en situation d’enfermement.

Adresse de contact : lavenderforever@riseup.net "

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :